Le diabète gestationnel peut survenir pendant la grossesse et plus particulièrement lors du second trimestre, avant de disparaître le plus souvent au cours des semaines qui suivent l’accouchement. Il prend la forme de crises d’hyperglycémie causées par un taux élevé de sucre dans le sang.

Ce taux est lui-même due à une résistance passagère du corps à l’insuline produite par le pancréas, qui sert normalement à faire baisser la glycémie. Le diabète gestationnel, s’il fait l’objet d’une prise en charge médicale n’est pas un danger, même s’il y a un risque d’éventuelles complications.

Alors quels en sont les symptômes ? Et pour quelles raisons une femme enceinte peut-être touchée par le diabète gestationnel ?

Quels symptômes pour le diabète gestationnel ?

Dans la plupart des situations, le diabète gestationnel passe inaperçu. Toutefois, chez certaines femmes il se manifeste par des symptômes variables d’une personne à l’autre.

  • La femme enceinte peut ressentir une fatigue plus importante, perçue comme anormale.

  • Il est possible de ressentir une sensation de soif intense et quasi permanente.

  • L’envie d’uriner peut également augmenter en fréquence.

  • Les urines peuvent être plus abondants.

  • Des maux de têtes peuvent faire leur apparition et s’installer.

Quelles sont les causes du diabète gestationnel ?

Certains facteurs de risque sont responsables de la survenance du diabète gestationnel chez la femme enceinte.

  • L’âge peut y être pour quelque chose, car après 35 ans les risques sont plus importants.

  • L’excès de poids peut jouer fortement dans l’apparition du diabète gestationnel.

  • S’il y a des antécédents familiaux avec des personnes ayant par exemple un diabète de type 2, alors il y a plus de chance pour qu’une femme soit touchée par un diabète gestationnel durant la grossesse.

  • Les antécédents médicaux faisant état d’une intolérance au glucose.

  • D’après de nombreuses recherches, certaines populations présentent plus de risques génétiques à ce niveau. C’est le cas des latinos-américains, des africains ou des asiatiques par exemple.

  • Les personnes prenant des corticoïdes ont également plus de risques d’avoir un diabète pendant la grossesse.

  • Les personnes ayant des antécédents d’hypertension ou de diabète gestationnel lors d’une grossesse précédente.

  • Les femmes ayant déjà accouché d’un bébé de plus de 4 kg.

Le diabète gestationnel est une complication de la grossesse qui est de plus en plus fréquente. Les éventuelles conséquences pour la mère et le bébé peuvent être diverses. Un risque accru de prééclampsie ou de césarienne, et des risques augmentés à cause d’un surpoids par exemple.

A noter que le risque de développer un diabète gestationnel est plus important quand on en a déjà eu un lors d’une grossesse passée.

Les statistiques : à l’heure actuelle, le diabète gestationnel concerne 1 femme sur 10.

Diabète gestationnel et prévention : que faire ?

En cas de risques élevés, la future maman devra surveiller son alimentation du début à la fin de la grossesse. Cela signifie notamment d’éviter la consommation d’aliments riches en sucres rapides, mais aussi de privilégier les fruits et les légumes. Une diminution des apports en matières grasses est également bénéfique et souhaitable pour la grossesse.

Le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) conseille aux femmes de faire un dépistage du diabète si elles sont dans l’une des situations suivantes par mesure préventive.

  • Femmes en surpoids ou souffrant d’obésité.

  • Femmes ayant plus de 35 ans.

  • Femmes ayant des antécédents obstétricaux ou familiaux liés au diabète.

diabete gestationel etudes

Études récentes sur le diabète gestationnel

Selon une étude du Dr Torben Hansen de l’Université de Copenhague au Danemark, sur plus de 350 femmes qui présentaient des antécédents de diabète gestationnel, 6 % d’entre elles étaient porteuses d’allèles les prédisposant à un diabète gestationnel Mody.

Au bout de 10 ans, 36 % des femmes touchées par un diabète gestationnel non Mody avaient développé un vrai diabète, et chez les autres ce taux grimpait à 68 %.

D’après une autre étude, menée cette fois en Italie par le Dr Basilio Pintaudi, le diabète gestationnel augmenterait le risque de césariennes et de malformations.

Cette étude s’est basée sur le suivi de plus de 13 000 grossesses, dont au moins 1 300 présentaient un diabète gestationnel.

Quelques chiffres sur le diabète gestationnel

D’après une autre étude réalisée sur 57 629 femmes qui avaient un diabète gestationnel.

  • 28% ont eu une césarienne.
  • 8% des bébés étaient des prématurés

Il y a eu 2% de pré-éclampsie. Pathologie qui se caractérise par l’augmentation de la tension artérielle et la survenance de protéines dans les urines, provoquant des crises convulsives pouvant être mortelles, des hémorragies cérébrales, des insuffisances rénales.

Bien vivre son diabète gestationnel en prenant de bonnes habitudes

Se faire diagnostiquer un diabète gestationnel quand on est enceinte n’est pas une bonne nouvelle et c’est à la fois difficile à accepter et un peu inquiétant. Mais en prenant quelques précautions on peut tout de même profiter de sa grossesse pleinement.

Voici donc quelques conseils avisés pour les futures mamans :

  • Se peser une fois par semaine pour aider le médecin à adapter le traitement.
  • Respecter la prise de poids recommandée pendant la grossesse.
  • Surveiller sa glycémie capillaire tous les jours.
  • Surveiller ses urines.
  • Prendre 3 repas par jour avec des aliments adaptés et 3 collations pour limiter l’apparition d’acétone dans les urines.
  • Manger des fruits, des légumes et des féculents pour leurs sucres bénéfiques.
libero massa at venenatis, elit. id neque. Phasellus tempus

Pin It on Pinterest

Share This