Condylomes génitaux ou verrues génitales

Quel traitement efficace contre les verrues génitales ou condylomes génitaux ?
Voir tous les traitements contre les verrues génitales

Les condylomes génitaux, communément appelés verrues génitales, sont des lésions cutanéomuqueuses d’origine virale localisées au niveau de la région génitale et / ou de la région anale. Considérée comme la plus fréquente des infections sexuellement transmissibles après la chlamydia, on estime que dans le monde près de 30 millions de personnes sont contaminées par levirus responsable de la maladie.

Les condylomes génitaux sont causés par certaines variantes du Human Papilloma Virus (HPV), virus très répandu qui pourrait infecter 80 à 85 % des personnes sexuellement actives surtout entre 20 et 25 ans. En France, les verrues génitales concernent 3 à 5 % de la population.

Généralement les infections à HPV demeurent asymptomatiques c’est-à-dire sans manifestations apparentes, mais quand les condylomes génitaux apparaissent il convient de les traiter convenablement.

Qu’est-ce qu’un condylome génital ?

Un condylome génital est une infection extrêmement contagieuse qui se transmet lors des relations sexuelles. Il est dû au Human Papilloma Virus de type 6 et de type 11 (HPV 6 et HPV 11) et apparait sur la peau ou les muqueuses des régions génitoanales sous la forme d’une excroissance couleur chair.

Comment attrape-t-on des verrues génitales ?

Le papillomavirus humain (PVH) ou Human Papilloma Virus (HPV), virus à l’origine des verrues génitales, se contracte généralement, comme pour toutes les infections sexuellement transmissibles, au cours de rapports sexuels non protégés avec un partenaire infecté.

Un sujet infecté par le papillomavirus humain peut aussi contaminer son partenaire sans le savoir. En effet la majorité des personnes porteuses du virus PVH ne présenteraient jamais de condylome génital, mais sont susceptibles de transmettre la maladie à leurs partenaires. Par ailleurs, il se peut que le sujet contaminant ne soit pas le partenaire actuel, car la période d’incubation de l’infection peut durer jusqu’à 3 mois.

Habituellement la contamination se fait facilement par contact direct de peau à peau avec le pénis, le pubis, la vulve, le vagin, la verge, l’anus… Mais il est également possible que la contamination se fasse avec la bouche (lorsque l’un des partenaires embrasse ou porte les parties génitales de l’autre avec la bouche) ou avec la main (transmission manu porté).

Dans certains cas, la transmission du papillomavirus humain est effectuée indirectement par l’intermédiaire de sex-toys ou de vêtements surtout des sous-vêtements infectés…

Les verrues génitales peuvent apparaître chez des personnes immunodéprimées, dont la défense de l’organisme contre l’attaque d’agent pathogène est altérée, ou chez les sujets atteints de maladies génitales inflammatoires du genre leucorrhées.

Comment reconnaitre les condylomes génitaux ?

La plupart du temps, les infections à papillomavirus humain ne provoquent aucun symptôme visible. Mais quand ils existent, les verrues génitales apparaissent généralement un à six mois parfois même des années après la contamination et sont parfois accompagnées de démangeaison, de saignement, de sensations de brûlure ou de gêne lors des défécations, des mictions ou des rapports sexuels.

Les condylomes génitaux se différencient des autres lésions génitales par leur aspect et leur localisation. On en distingue trois types.

  • Les condylomes acuminés

Couramment appelés « végétations vénériennes », les condylomes acuminés sont des excroissances de la peau ou des muqueuses, évoquant l’apparence d’une verrue, qui apparaît au niveau de la région génitale du porteur de papillomavirus, d’où son nom de « verrue génitale ». Rapidement les verrues bourgeonnent, se regroupent et prennent la texture de minuscule chou-fleur. Le condylome ainsi formé est souvent plat, de petite taille, tendre au toucher et de la même couleur que la peau qu’il rappelle l’aspect de « crêtes de coq » qui lui vaut d’être aussi nommé ainsi.

Généralement de la taille d’une tête d’épingle, les verrues génitales peuvent cependant se présenter sous la forme d’un condylome acuminé de volume impressionnant désigné sous l’appellation de condylome de Buschke-Lowenstein qui est une tumeur caractérisée par son potentiel dégénératif et sa propriété récidivante.

  • Les condylomes papuleux

Parfois les verrues génitales apparaissent sous forme de boutons secs d’aspect polymorphe, on parle alors de condylomes papuleux. Les papules qui peuvent ainsi être de couleur chair, blanchâtre ou légèrement rosée sont appelées papulose bowénoïde pour les différencier des autres lésions du même genre.

Les condylomes papuleux sont multifocaux et siègent souvent sur la peau et les muqueuses de la fourchette vulvaire et du périnée avec des extensions fréquentes dans la région péri-anale.

  • Les condylomes plans

Les condylomes plans sont des lésions le plus souvent invisibles à l’œil nu. On ne peut les mettre en évidence qu’après application d’une solution d’acide acétique à 5 % qui révèle des macules blanchâtres, raison pour laquelle on les appelle aussi condylomes infra cliniques.

Chez la femme, il faut se méfier de ce type de condylome, car en plus d’être très contagieux, ils peuvent entrainer un cancer du col de l’utérus. Aussi Il faut alors toujours les rechercher chez tout sujet qui présente des végétations vénériennes, car les condylomes plans sont souvent associés à des condylomes acuminés.

Verrues génitales chez la femme

Chez la femme, le col de l’utérus est la localisation la plus fréquente des verrues génitales. Mais les condylomes génitaux peuvent aussi infecter la vulve, les parois vaginales, le méat urétral, le périnée et la région péri anale. La bouche et la gorge peuvent être atteintes, mais rarement.

Démangeaisons, sensation d’inconfort, saignements lors des relations sexuelles sont des signes qui accompagnent souvent les verrues génitales.

Verrues génitales chez l’homme

Chez l’homme, les condylomes génitaux sont localisés principalement sur le pénis (prépuce et frein), le gland, l’orifice urinaire et accessoirement sur le scrotum et l’anus. Toutefois, la bouche peut aussi être atteinte suite à un contact avec des sécrétions génitales infectées.

Quel traitement efficace contre les verrues génitales ?

Actuellement il n’y a pas encore de remèdes qui permettent d’éliminer complètement le papillomavirus humain (PVH) de l’organisme du porteur. Les médicaments prescrits visent plutôt à se débarrasser des condylomes génitaux. En général, le médecin recommande un traitement local d’une durée allant de 3 à 15 semaines et qui va s’attaquer aux verrues génitales en les « brûlant ».

Crème pour condylome Aldara

La crème Aldara est un médicament utilisé pour le traitement topique des condylomes acuminés localisés au niveau de la région génitale et péri-anale externe, c’est-à-dire au niveau de la peau du vagin, du pénis et du méat anal.

L’Aldara, de par son principe actif « l’Imiquimod, est un immunomodulateur qui agit non pas directement sur le papillomavirus humain responsable des verrues génitales, mais sur la réponse immunitaire de l’organisme : la crème Aldara stimule, là où elle est appliquée, les défenses naturelles du corps qui sont destinées à combattre certaines affections spécifiques de la peau. La réponse immunitaire ainsi amplifiée va empêcher la prolifération anormale des cellules, mécanisme à l’origine des condylomes génitaux, et détruire par la même occasion les verrues génitales locales.

La crème Aldara 0,5 % a prouvé son efficacité sur les verrues génitales et plus particulièrement chez la femme.

Solution médicale Condyline

La solution Condyline est un médicament indiqué dans le traitement de certains types de verrues génitales, plus particulièrement les condylomes acuminés externes dont la surface est inférieure à 4 cm². Elle est utilisée en alternative à d’autres méthodes thérapeutiques qui n’auraient pas prouvé leur efficacité comme la cryothérapie, la chirurgie, …

La podophyllotoxine, principal composant actif de la Condyline, est une substance d’origine végétale qui possède des propriétés antimitotiques et cytolytiques certaines sur les condylomes acuminés à PVH.

Le médicament Condyline 5 % est donc un antiviral puissant qui agit d’une part en s’opposant à la division et donc à la formation de nouvelles cellules anormales, et d’autre part en provoquant la nécrose c’est-à-dire la destruction des condylomes acuminés dus au papillomavirus humain.

Quel traitement sans ordonnance pour les verrues génitales ?

Aucun traitement ne peut détruire le virus responsable c’est-à-dire le papillomavirus humain, toutes les méthodes thérapeutiques visent à détruire les condylomes génitaux et à apaiser les signes accompagnateurs.

La plupart du temps les condylomes génitaux sont indolores, par contre ils génèrent fréquemment une sensation d’incommodité, une souffrance morale et surtout une certaine honte qui empêche souvent le patient à consulter un médecin. Les remèdes naturels sont aussi efficaces que les médicaments pour en venir à bout des verrues génitales et aider les patients à se sentir mieux.

Remèdes naturels pour soigner un condylome sans médicaments

Les remèdes naturels à base d’ingrédients simples à trouver peuvent détruire à eux seuls les verrues génitales sans avoir à recourir à d’autres médicaments. Toutefois, chez certains patients à risques (femme chez laquelle les HPV 16 ou les HPV 18 ont été détectées associés aux HPV 6 et/ou HPV 11 responsable du condylome génital – femme enceinte avec multiples verrues génitales), il vaut mieux consulter un spécialiste.

Le bicarbonate de soude

Appliquée directement et quotidiennement sur les verrues génitales, la pâte obtenue par le mélange de bicarbonate de soude avec un peu d’eau permet de faire disparaître les lésions de la peau au bout de quelques jours.

Le vinaigre de cidre

À cause de sa très haute teneur en acide acétique, le vinaigre de cidre s’avère être un remède naturel très efficace contre de nombreuses affections de la peau, y compris les condylomes génitaux. Toutefois de par son acidité, il convient de vérifier une éventuelle allergie avant de l’utiliser. Pour cela, il suffit d’appliquer quelques gouttes de vinaigre de cidre sur la peau et d’attendre un moment pour voir s’il y a une sensation de brûlure.

Si aucune réaction allergique ne se manifeste, le vinaigre de cidre peut être utilisé de la façon suivante :

  • Mettre quelques gouttes du produit sur un disque en coton
  • Avant d’aller dormir, appliquer le disque imbibé sur les verrues génitales et l’y fixer avec un sparadrap
  • Le matin au réveil, rincer abondamment la zone traitée avec de l’eau claire
  • Dans le cas où la douleur liée à l’application du vinaigre de cidre est trop intense, maintenir juste le coton imbibé sur le condylome génital pendant 10 à 15 minutes et renouveler l’opération plusieurs fois dans la journée

Avec ce traitement, normalement les verrues génitales commencent à tomber au bout de normalement deux à trois semaines. L’application est alors à répéter toutes les semaines.

L’oignon

Réputé pour ses actions antibactériennes et antivirales, l’oignon est particulièrement efficace pour soigner les verrues génitales. On peut l’utiliser de la manière suivante :

  • Le premier jour : prendre une tranche d’oignon et la fixer sur le condylome génital avec du ruban adhésif médical. Après quelques heures, enlever la tranche d’oignon et la remplacer par une autre. Renouveler l’opération plusieurs fois dans la journée ;
  • Le lendemain : préparer une pâte faite avec une rondelle d’oignon mélangée avec une cuillère à café de sel et l’appliquer sur la verrue. Recouvrir avec de la gaze et fixer avec un ruban adhésif médical. Après quelques heures, enlever le dispositif et rincer à l’eau.

Effectué au moins une fois par semaine, ce traitement prend généralement moins de deux mois pour faire disparaître les verrues génitales.

Huile essentielle pour condylome génital

Depuis longtemps l’huile essentielle d’arbre à thé a été utilisée pour soigner différentes sortes d’affections cutanées comme l’herpès, l’acné… En fait, il s’agit d’un antiviral très efficace pour détruire les verrues génitales. De nombreuses études scientifiques ont d’ailleurs démontré les propriétés antifongiques, antibactériennes et antivirales de l’huile essentielle d’arbre à thé.

Pour utiliser l’huile essentielle d’arbre à thé pour guérir le condylome génital, il suffit de procéder comme suit :

  • Dans un récipient, mélanger un peu d’huile essentielle d’arbre à thé avec un peu d’huile d’olive ou d’huile d’amande douce.
  • Imprégner un coton-tige avec le mélange obtenu et l’appliquer directement sur les verrues génitales.
  • Refaire cette opération plusieurs fois dans la journée.
  • Le mélange peut provoquer une douleur plus ou moins intense lorsqu’elle est appliquée directement sur les verrues. Si la douleur est insoutenable, on peut l’atténuer en ajouter un peu plus d’huile d’amande douce ou un peu plus d’huile d’olive.

Renouvelé deux fois par semaine, ce traitement peut prendre quelques semaines à trois mois pour que les verrues génitales soient efficacement traitées et disparaissent complètement.

Homéopathie pour condylome génital

En homéopathie, le SABINA est le remède utilisé pour traiter le condylome. Préparé avec la tige et les feuilles fraîches du genévrier sabine, petit arbre de couleur vert sombre dont les actions contre certaines troubles gynécologiques et maladies dermatologiques ont été prouvées, le Sabina est efficace pour soigner les saignements, les démangeaisons et les éventuelles douleurs au niveau du vagin qui accompagne souvent les verrues génitales.

Un condylome est il dangereux ?

Les verrues génitales sont extrêmement contagieuses. Elles provoquent également une gêne physique, une souffrance morale et un sentiment de honte. Mais en général, les condylomes génitaux ne sont pas mortels, un condylome génital n’est donc pas dangereux.

Toutefois, il existe des verrues génitales qui se sont transformées en lésions cancéreuses puis en cancer lorsque certains types de papillomavirus dont les HPV 16 ou 18, qui sont souvent associés au cancer des organes génitaux et au cancer de l’anus, sont présents dans l’organisme du patient en même temps que les HPV 6 et/HPV 11, mais il s’agit là de cas vraiment rares. 

Combien de temps ça dure ?

Après son apparition, le condylome génital évolue habituellement vers l’augmentation en taille, l’extension en nombre et la régression. Les verrues génitales disparaissent après une période variable allant de quelques semaines à plusieurs années. La régression dépend en grande partie de l’état du système immunitaire du sujet et du choix de la méthode thérapeutique. Mais un condylome génital peut aussi disparaitre spontanément sans aucun traitement.

Qui consulter ?

Parfois les condylomes génitaux sont découverts par hasard lors d’une visite systématique chez l’homme ou d’un examen gynécologique systématique chez la femme.

Mais lorsque les lésions sont visibles à l’œil nu, le patient lui-même est en mesure de reconnaître les verrues génitales. Il doit alors consulter son médecin généraliste pour la conduite thérapeutique à suivre.

En principe le médecin généraliste recommande une consultation spécialisée en gynécologie à la recherche de lésions précancéreuses ou cancéreuses du col de l’utérus, en urologie ou en proctologie quand les condylomes génitaux sont localisés à proximité du méat urétral et de l’anus.

Après un traitement, les verrues génitales vont toutes disparaitre, mais le papillomavirus peut rester dans l’organisme du sujet pendant longtemps. Ce qui justifie le taux de récidive élevé qui est d’environ 20 à 30 % des cas. C’est la raison pour laquelle des contrôles réguliers sont indiqués.

Où acheter en ligne ?

c3717e0055a2bd4f2027484b9680f458::

Pin It on Pinterest

Share This