Libido chez la femme

Comment augmenter la libido d'une femme ou comment retrouver sa libido pour une femme ?
Voir tous les traitements pour booster sa libido féminine

La baisse de la libido est le trouble sexuel le plus sérieux pouvant toucher la femme. Souvent tue, et considérée comme tabou, elle concernerait plus d’une femme sur deux, pour ne pas dire toutes et ce, à un moment donné de leur vie. Selon « Les Français, le désir, et les cinq sens », une enquête menée par l’IFOP, il s’agirait du problème sexuel le plus fréquemment rencontré par les couples français.

Une baisse de l’attirance sexuelle peut avoir plusieurs origines, mais elles n’ont qu’une seule conséquence : des problèmes de couple, car elle implique forcément le compagnon. Voilà pourquoi, il est dans l’intérêt des personnes concernées d’en parler, et de se faire soigner !

Qu’est-ce que la libido chez la femme ?

La libido est un « état psychologique » qui se traduit par le besoin/l’envie d’initier un acte sexuel.

Si l’on se réfère à sa définition freudienne, la libido se résume en deux mots simples : « appétit sexuel ». Le père de la psychanalyse la définit comme une énergie « vitale » à l’origine de tout désir à caractère sexuel et érotique : pulsion, envie, fantasme, activité… conduisant obligatoirement à toute forme de comportement sexuel, quel qu’il soit : masturbation ou rapport.

Cette énergie est normalement présente dans tout être vivant. Elle peut être activée spontanément ou par des stimuli extérieurs : images, pensées, idées ou tout simplement la vue du partenaire.

Toutefois, comme tout état psychologique, elle peut être modifiée, altérée, voire supprimée momentanément si elle est perturbée par des facteurs extérieurs. Une modulation ou un changement au niveau physique, émotionnel ou affectif peut par exemple empêcher son activation.

Même si elle innée dans chaque femme par conséquent, il est tout à fait normal que certaines éprouvent moins de désir, voire pas du tout, à certains moments de leur vie. Mais cela n’est pas rédhibitoire, et surtout, le trouble n’est pas irréversible !

appetit sexuel

Ce que la libido n’est pas …

On confond souvent à tort « absence de désir ou baisse d’attirance physique » avec « absence ou baisse des sentiments », d’où les problèmes relationnels engendrés par ce trouble sexuel. En raison de cette croyance, très peu de femmes osent en effet avouer qu’elles n’ont plus envie de faire l’amour, car cela pourrait être très mal interprété aussi bien par la personne concernée que par son entourage. Et il faut avouer qu’elle-même pourrait finir par y croire sans trop comprendre ni le comment ni le pourquoi de ce fait.

« En consultation, j’entends souvent des femmes se demander : je ne le désire plus, est-ce que je l’aime encore ? » C’est de là que viennent les difficultés. On mélange amour et désir alors que ce n’est pas la même chose. »

Confie le gynécologue et andrologue Sylvain Mimoun, qui explique que si les émotions et les sentiments peuvent très bien affecter la libido, cela n’est pas obligatoire. Dans la majorité des cas d’ailleurs, le problème n’est pas du tout à ce niveau !

Quand peut-on parler de baisse de libido chez la femme ?

On peut parler de problème de libido lorsque la femme ressent une baisse ou une absence totale de désir pendant une période assez longue. C’est-à-dire lorsque tout attrait à des activités sexuelles, qu’il s’agisse de petites caresses ou de rapports, a diminué progressivement et de manière inquiétante, pour finir par disparaître totalement.

Si une femme n’a pas envie de faire l’amour un soir parce qu’elle a eu une journée de travail harassante, on ne peut donc pas parler de trouble de la libido. Car une fois reposée, ses pulsions sexuelles peuvent revenir au galop. On parle de baisse de libido lorsque l’absence de désir sexuel engendré par les circonstances ou la situation dans laquelle se trouve la femme au moment du problème se prolonge, perdure, et ce, malgré les efforts de la concernée pour la résoudre.

Les différents types de libido

Pour bien comprendre ce qu’est une baisse de libido, il est d’abord important de comprendre qu’il existe plusieurs types de désir sexuel et que l’un ou l’autre peut tout aussi bien être touché par le trouble.

On peut distinguer ainsi :

  • Le désir spontané: qui se traduit par l’envie d’initier l’acte sexuel. Une femme souffrant d’un trouble de la libido spontanée ne sera donc pas intéressée par tout acte sexuel, et ne le recherchera pas.
  • Le désir réactionnel: qui se traduit par l’envie de répondre au désir de l’autre, ou de répondre à certains stimuli extérieurs. Une femme souffrant d’un trouble du désir réactionnel restera donc froide aux avances de son partenaire ou aux autres stimulations, et n’y répondra pas.

Les différents types de trouble de la libido

On peut distinguer quatre sortes de trouble de la libido :

  • Le manque de désir sexuel primaire: lorsque la femme n’a jamais ressenti le besoin ni l’envie d’engager un comportement sexuel depuis toujours.
  • Le manque de désir sexuel secondaire: lorsque la femme n’a jamais eu de problème sur ce point auparavant, mais il s’est envolé sans raison apparente.
  • Le manque de désir sexuel généralisé: lorsque la femme ne ressent aucune envie sexuelle, aucun attrait à toute forme de plaisir sexuel et ce, qu’elle soit seule ou avec son partenaire.
  • Le manque de désir sexuel situationnel : lorsque la femme ressent le besoin d’assouvir ses fantasmes sexuels, mais pas avec son partenaire. On parle notamment de masturbation.

On reconnait ainsi une baisse de la libido par les deux signes principaux suivants :

  • La disparition progressive ou soudaine, mais inexpliquée et prolongée de l’appétit sexuel.
  • La répulsion face à toute stimulation ou comportement à caractère sexuel.

Les causes de la perte de la libido chez la femme

Une femme sur deux peut souffrir à un moment donné de sa vie d’une perte de la libido. Pourquoi ? Plusieurs facteurs peuvent en effet influencer son état psychologique et provoquer une baisse de l’attirance physique envers son partenaire : un mal-être psychologique, des problèmes au niveau physique, ou des problèmes émotionnels.

  • Les facteurs psychologiques
  • Les facteurs physiques
  • Les facteurs émotionnels
  • Les facteurs hormonaux
perte de libido femme

Les causes psychologiques

Tout trouble psychologique peut influencer la libido de manière négative. Le fait est qu’il est très difficile d’accepter son corps et de répondre à ses besoins, même primitifs, lorsqu’on ne se sent pas bien dans sa tête.

  • La fatigue et le stress: ce sont les principales origines de la baisse de la libido chez la femme. Lorsqu’elle est fatiguée, elle refusera tout naturellement tout acte sexuel. La frustration va la stresser, mais plus elle stressera, plus elle sera fatiguée, et plus toute envie diminuera. L’absence de désir envers son partenaire la fera pourtant culpabiliser, ce qui la stressera davantage et le cercle vicieux va continuer, ainsi de suite.
  • Un manque de confiance et d’estime de soi : les complexes figurent parmi les principales raisons poussant une femme à refuser un moment d’intimité avec son conjoint. Quelques kilos en trop, des vergetures sur les cuisses, un poil qui dépasse… et hop, toute envie de se déshabiller et d’être vue nue est exclue ! À la longue, avoir une mauvaise image de soi finit par tuer totalement le désir et l’envie de répondre au désir de l’autre.
  • Un évènement choquant ou traumatisant: toute situation ayant provoqué un bouleversement émotionnel, tel que la perte d’un proche, la perte d’un emploi, une rupture ou une agression sexuelle peut altérer fortement la libido.

Les causes émotionnelles

Bien qu’on ne puisse confondre baisse de sentiments et baisse de désir, tout traumatisme émotionnel, même léger, peut altérer le désir et le diminuer. La colère envers son conjoint par exemple, mais également les troubles de l’humeur, les troubles affectifs, la dépression, etc.

  • La dépression: la perte de la libido peut être citée aussi bien parmi les symptômes que parmi les conséquences de la dépression qui se définit comme une perte du goût de la vie, et donc du plaisir sexuel entre autres choses.
  • Les problèmes au sein du couple: forcément, tout problème survenant au sein du couple, qu’il s’agisse de dispute, de soupçon d’infidélité, de désaccords ou de simples conflits, lorsqu’il dure, peut fortement diminuer l’attirance physique entre les deux congénères.

Les causes physiques

  • Un trouble hormonal: qu’il soit dû à une grossesse, à un régime alimentaire trop strict ou à la pose récente d’un DIU, tout bouleversement hormonal peut diminuer de manière significative l’envie de sexe.
  • La prise de pilule: si la dose d’une pilule contraceptive n’est pas adaptée à l’organisme de la femme, il y a risque de dérèglement hormonal également, ce qui pourrait modifier la libido de la patiente.
  • Les traitements allopathiques : certains médicaments peuvent en effet avoir comme effets secondaires une baisse de la libido. C’est le cas par exemple des antibiotiques, des anti-inflammatoires, mais également des antidépresseurs ainsi que tout traitement référant à la médecine non-conventionnelle.
  • Une maladie : le diabète, le cancer, l’hypertension artérielle ainsi que certaines pathologies neurologiques peuvent provoquer une baisse de la libido. Il convient donc, si aucune des causes précédentes n’a été décelée, de faire un check-up complet pour déterminer la vraie cause du trouble.
  • Une chirurgie : toute intervention chirurgicale effectuée dans les organes géniaux de la femme comme une ablation mammaire, ou une ablation de l’utérus peut affecter l’image qu’elle a d’elle-même, modifier la fonction sexuelle et subséquemment, le désir.
  • La consommation de substances psychoactives : la consommation excessive d’alcool ou de drogues peut également modifier, voire altérer la libido.

Les facteurs hormonaux

Certains changements s’effectuant au niveau de l’organisme de la femme peuvent provoquer un dérèglement hormonal naturel et provoquer en conséquence une modification du désir sexuel. C’est le cas de la ménopause, d’une grossesse et d’un allaitement.

  • La ménopause: la ménopause provoque un dérèglement hormonal sérieux. Elle est souvent précédée d’une chute brutale de l’œstrogène, qui provoque une sécheresse vaginale, et intrinsèquement, des rapports sexuels inconfortables, voire douloureux. Ce qui suffit à dissuader certaines femmes de se lancer dans des ébats amoureux. La ménopause est également suivie d’une hausse de la sécrétion d’androgène, hormone masculine pouvant provoquer la pousse de poils sur le visage, et qui peut également modifier le désir sexuel féminin.
  • La grossesse: porter un enfant engendre des conséquences non seulement hormonales, mais également physiques, psychologiques et émotionnelles. La grossesse fait avant tout hausser le taux d’hormone, puis en changeant le physique de la femme, il engendre également sensation de fatigue, de lourdeur et autres désagréments : manque de confiance en soi, hypersensibilité, etc. Tous ces changements, associés à la peur de faire du mal au bébé, contribuent à modifier la libido des femmes enceintes.
  • L’allaitement: pour que la maman puisse allaiter, son organisme secrète de la prolactine. Cette hormone a pour rôle de déclencher et de maintenir la sécrétion lactée, mais elle a aussi pour conséquence de bloquer la libido. Il est donc normal que les femmes qui allaitent ne soient pas très enjouées.

Comment retrouver sa libido pour une femme ?

Perdre sa libido figure parmi les troubles sexuels majeurs, mais il n’en est pas moins réversible. Avec de la volonté et un traitement adéquat en effet, il est tout à fait possible et courant d’ailleurs de retrouver son appétit sexuel.

Ce qu’il ne faut pas faire…

Avant toute chose, notez que vous muerez dans le silence et taire le problème ne vous avancera pas. Car plus vous ferez comme si de rien n’était, plus vous aurez du mal à guérir et plus votre conjoint en souffrira. Reconnaître qu’il y a un problème est le premier pas vers la guérison.

Évitez également de vous forcer, car vous allez vous sentir coupable après coup. Vous ne vous sentirez pas mieux, et vous ne sera pas plus avancé. Bien au contraire, votre échec cuisant peut détruire définitivement la piètre image que vous avez de vous et empirer encore plus qu’il ne le faut vos problèmes de libido.

Ce qu’il faut faire

La première chose à faire, c’est donc d’en parler avec votre conjoint. Discutez avec lui et essayez de trouver ensemble des solutions pour raviver la flamme !

Changez vos habitudes

Il est très difficile de combiner l’engrenage métro/boulot/dodo à d’autres activités, même sexuelles, et même si l’envie y est. Une fois que l’on s’engage dans une routine où le sexe est loin d’être la priorité, à le mettre trop souvent de côté, on finit par l’oublier ou par s’en lasser. En particulier s’il est réalisé dans les mêmes conditions, dans les mêmes circonstances à chaque fois. Briser cette routine suffit dès fois pour arranger les choses.

Que pouvez-vous faire ?

  • Changez de cadre pour commencer ! Quittez pour une fois cette chambre conjugale, partez un week-end dans un cadre plus romantique, plus propice au rapprochement et surtout, sans les enfants et les tâches ménagères diverses pour vous déranger. Choisissez un endroit tranquille où vous pourrez vous libérer du stress, de la fatigue et du train-train quotidien.
  • Privilégiez les contacts physiques sensuels, mais pas forcément à des fins sexuelles. Le grand blocage réside dans le stress de ne pas ressentir l’envie face au partenaire. Pensez donc à des activités qui favorisent le contact physique comme les massages érotiques par exemple, et ce, sans penser à passer à l’acte.
  • Pimentez ! Eh oui ! Procurez-vous des dessous sexy, des lingeries coquines et des tenues qui vous avantageront. Notez bien que vous serez plus à l’aise lorsque vous vous sentirez belle et bien dans votre peau, mais surtout lorsque vous vous sentirez désirée !
booster libido femme

Que penser des aphrodisiaques ?

Certains aphrodisiaques sont particulièrement efficaces. Si le problème n’est pas trop grave, vous pouvez adopter un menu riche en aliment connu pour leur vertu aphrodisiaque.

Sinon, vous pouvez derechef opter pour des solutions plus concrètes : les boissons énergisantes par exemple. Dans cette même optique, vous pourrez également trouver sur le marché des compléments alimentaires et des élixirs concentrés en plantes connues pour booster le désir.

Dès fois, la perte de la libido est juste due à une grande fatigue. Pensez donc, en sus d’aphrodisiaques, à prendre également des vitamines pour vous donner du tonus, et pour reprendre la forme !

Pilule et stérilet

La pilule et le stérilet contiennent tous deux des hormones à doses variées, et peuvent bouleverser le système endocrinien, ce qui a pour conséquence de modifier l’humeur de la femme, et subséquemment sa libido.

Selon l’étude « Pillule et Libido », jusqu’à 40 % des femmes prenant la pilule affirment constater une baisse de leur désir sexuel à la prise d’une méthode contraceptive orale. Plusieurs raisons peuvent expliquer cela :

  • Certaines pilules contiennent à forte dose des hormones anti androgéniques qui vont diminuer, voire inhiber la sécrétion de testostérone dans l’organisme, et tout naturellement le désir sexuel.
  • Certaines pilules sont conçues pour empêcher l’ovulation. Chez une femme qui au moment de l’ovulation, connaît une explosion de la libido à cause du taux élevé d’œstrogène dans son organisme, la prise de telles pilules peut apporter des changements assez brutaux. Sans ovulation, il n’y a pas d’augmentation importante du taux d’œstrogène, et donc pas de pic de désir.
  • Certaines pilules faiblement dosées en œstrogènes peuvent provoquer une sécheresse vaginale qui va rendre inconfortable les rapports sexuels, altérer le plaisir ressenti et à termes, ternir le désir.

Qu’en est-il du stérilet ?

La baisse de la libido ne fait pas partie des effets secondaires du stérilet hormonal. Dans la mesure où cette méthode contraceptive est « locale », et agit directement dans l’utérus, sa pose ne devrait pas influer sur le système endocrinien.

La diminution du désir sexuel suivant la pose de stérilet n’a donc pas de rapports avec le contraceptif lui-même. Selon certains médecins, le problème serait plutôt « psychosomatique ». La baisse de la libido pourrait venir du fait que la patiente est très consciente de la présence du dispositif dans son utérus, et sans le savoir, aurait peur de se blesser avec.

Solution : changer de méthode contraceptive

La première chose à faire est d’en parler à votre médecin traitant. Que vous soyez sous pilule ou sous DIU hormonal, il est très probable qu’il préconise un changement de méthode contraceptive. Selon les réactions de votre organisme, il pourra proposer un moyen plus adapté : local ou hormonal, barrière ou mécanique, moins antitestostérone ou riche en œstrogène, etc.

pilule libido femme

Grossesse et allaitement

Les causes probables d’une baisse de libido pendant la grossesse :

  • Pendant le premier trimestre, ses ovaires vont secréter en grande quantité une hormone qui va diminuer le désir sexuel.
  • Pendant toute la durée de la grossesse, il se peut qu’elle ait peur d’une fausse-couche ou de blesser l’enfant qu’elle porte, d’où la peur de passer à l’acte.

Les causes d’une baisse de la libido pendant l’allaitement :

  • Pendant la période d’allaitement, son corps va secréter de la prolactine, hormone responsable de la production lactée, connue également pour ses effets inhibiteurs sur la libido.

Solution : entretenir le désir

Une baisse voire la perte de la libido est tout à fait normale pendant une certaine période de la grossesse et de l’allaitement. La femme y subit effectivement des changements brutaux sur le plan hormonal, physique, émotionnel, physiologique et psychologique, ce qui a forcément des répercussions sur ses humeurs.

Dans le cas d’une grossesse, le problème devrait partir de lui-même au deuxième trimestre. Du quatrième mois au sixième mois, les zones génitales sont effectivement hypervascularisées et subséquemment, hypersensibles. La future maman devrait donc ressentir un pic du désir pendant tout le deuxième trimestre. Une baisse de la libido sera de nouveau constatée pendant le troisième trimestre, ce qui est somme toute logique : la mère se prépare à accoucher, elle n’a donc juste pas la « tête à ça ! ».

Dans le cas d’un allaitement, le problème pourra durer tant que la prolactine sera secrétée. Dans un cas comme dans l’autre, la meilleure chose à faire est donc d’attendre que les effets passent. Vous pourrez profiter de ces périodes d’accalmie pour vous rapprocher. Le dialogue, la communication, les jeux de séduction… sont d’excellents moyens d’entretenir l’attirance et la complicité.

Ménopause

La baisse de la libido est une des conséquences directes de la ménopause, car elle est causée par la diminution brutale du taux d’hormones féminines. Elle est, par ailleurs, renforcée par d’autres facteurs :

  • Les facteurs physiques: les rapports sexuels douloureux et inconfortables dus à la sécheresse vaginale.
  • Les facteurs hormonaux: l’absence des pics hormonaux pendant l’ovulation.
  • Les facteurs psychologiques: le stress, la fatigue, la perte de confiance en soi.

Solution pour la femme ménopausée

La relaxation, le lâcher-prise

La ménopause est une étape de la vie particulièrement stressante pour la femme. Pour minimiser au maximum possible ses impacts sur la vie quotidienne, la première chose à faire est de lâcher prise, et ce, en s’adonnant à des activités relaxantes comme les massages, les exercices physiques, un petit passage au sauna, un petit tour dans un salon de beauté pour booster sa confiance et son estime de soi, etc.

La compensation

En tant que femme, vous ne pouvez pas éviter les effets de la ménopause. En revanche, il existe des méthodes ou des moyens pour les contourner. Pour minimiser l’effet sur votre libido, vous pouvez par exemple incorporer des ingrédients aphrodisiaques dans vos menus. Pour compenser la sécheresse vaginale, vous pouvez opter pour des gels lubrifiants.

Les traitements médicamenteux

Il est également possible, lorsque le problème persiste et devient accommodant, de prendre des médicaments. Plusieurs traitements hormonaux dits « substitutifs de la ménopause » ou THM sont effectivement disponibles en pharmacie, tels que le médicament Livial et Vesicare 5 mg.

La sécheresse vaginale

Surnommée « panne féminine », la sécheresse vaginale peut sérieusement entraver la sexualité d’une femme. Qu’elle soit due à une pilule dont la dose n’est pas adaptée à la femme, à une baisse naturelle du taux d’œstrogène, à une infection de la muqueuse vaginale, à une perturbation de la flore utérine ou à des soins intimes un peu trop agressifs, elle peut avoir des conséquences considérables sur la relation de couple :

  • Une pénétration douloureuse, aussi bien du côté de l’homme que de la femme.
  • Une éjaculation précoce, causée par l’intensité du frottement sur le gland qui est une muqueuse particulièrement sensible.

À termes, la sécheresse vaginale va diminuer le désir aussi bien chez la femme que chez l’homme. Lorsque la pénétration devient douloureuse en effet, la peur d’avoir mal va dominer sur l’envie, ce qui va enclencher un cercle vicieux : la peur diminue l’excitation et empêche une bonne lubrification, la sécheresse va être d’autant plus importante et la tentative de pénétration plus difficile, donc plus douloureuse. Il est normal, dans ces conditions, que le désir d’engager un acte sexuel s’estompe.

Les solutions naturelles

Les préliminaires

La clé se trouve dans la qualité et dans la durée des préliminaires. Pendant les préliminaires en effet, l’organisme de la femme est sensé produire une substance lubrifiante qui va faciliter la pénétration. Avec le temps et l’âge cependant, le temps de réponse va être moins important, il est donc nécessaire de faire durer les préliminaires beaucoup plus longtemps.

Le nombre de rapports sexuels

Il faut savoir que plus vous redouterez et éviterez les rapports sexuels, plus vous envenimerez la situation, car les tissus vaginaux seront de plus en plus résistants. En revanche, en essayant de pratiquer des rapports réguliers, malgré la sécheresse, tout en essayant de ne pas stresser, vous pourrez améliorer votre cas.

  • Le rapport sexuel va stimuler les tissus génitaux et le rendre plus sensible. Plus vous en aurez, mieux c’est !
  • Le sperme contient des substances grasses qui aident à apaiser et à hydrater les muqueuses vaginales.

Les applications locales

Les gels et crèmes vaginales

Il est possible d’utiliser des lubrifiants pendant le rapport sexuel pour compenser la sécheresse. Mais il faut rester prudent, car certains produits proposés en grande surface ne conviennent pas, en particulier ceux à base de vaseline qui sont déconseillés par l’Afssaps.

Les toilettes intimes et les lubrifiants

Certaines toilettes intimes contiennent des substances qui peuvent éliminer les bactéries présentes dans le vagin, et en même temps le réhydrater. Elles sont cependant à utiliser avec modération (pas plus de deux fois par jour), car elles peuvent perturber la flore utérine et entraîner d’autres problèmes.

creme vaginale vigorelle

Les traitements hormonaux et médicamenteux

Les traitements phytothérapiques

Les plantes comme le soja, la sauge, le lin, le trèfle rouge ou le kudzu contiennent en haute quantité des hormones phytoœstrogènes et peuvent venir à bout des problèmes de sécheresse vaginale. Il n’est cependant pas conseillé d’en consommer, sans avoir, au préalable, consulté un médecin.

Les traitements homéopathiques

« L’homéopathie est une alternative thérapeutique en cas de sécheresse vaginale et vulvaire », affirme le docteur Albert Claude Quemoun, président de l’Institut homéopathique scientifique. Les plus efficaces sont le Bryonia, l’Aluminia, le Folliculinum. Mais là encore, l’automédication n’est pas conseillée ! Pour éviter d’autres désagréments, mieux vaut consulter l’avis d’un médecin avant de prendre des initiatives.

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires, comme les pilules Provestra ou encore les pilules Femmax, sont particulièrement efficaces pour booster la libido féminine. Ils contiennent généralement des acides gras (oméga-6 et oméga-3) qui favorisent l’hydratation des muqueuses vaginales et ont des vertus anti-inflammatoires. Se présentant sous la forme de capsules, ils sont souvent prescrits en cure de quelques mois, selon l’intensité du problème.

Les traitements hormonaux

Selon l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), les traitements hormonaux restent les solutions les plus efficaces pour traiter la sécheresse vaginale. Vous trouverez sur le marché des traitements hormonaux sous forme de pilule, ou sous forme de gel ou de crème vaginale pour stimuler la libido féminine, à l’exemple de l’excellente crème Vigorelle pour sa réelle efficacité.

Les mycoses vaginales

Les mycoses vaginales peuvent en effet provoquer une baisse de la libido, voire une perte totale de celle-ci si elles sont régulières et si elles ne sont pas traitées. Le fait est que la mycose vaginale s’accompagne généralement de rapports sexuels très douloureux. Et là où il y a douleur, il y a forcément blocage et à répétition si on ne laisse pas au vagin le temps de guérir.

Solution à base de médicament

Avant de reprendre une activité sexuelle normale, afin d’éviter une baisse de la libido, mieux vaut traiter la mycose d’abord. Plusieurs médicaments sont efficaces contre ce genre d’infection :

  • Le médicament Diflucan 150 mg qui se présente sous forme de capsules et dont l’efficacité a été cliniquement prouvée.
  • Le médicament Gyno Daktarin présenté sous forme de crème ou d’ovule et qui a été conçu spécifiquement pour lutter contre les infections fongiques au niveau du vagin.

La taille des seins

Le volume de sa poitrine constitue une raison suffisante pour la femme de ne pas se livrer à des activités sexuelles avec son partenaire. Lorsqu’une femme est effectivement complexée par une partie de son anatomie, sa première réaction est d’éviter de se montrer nue de peur que l’on voie ce « défaut ».

Solution pour grossir sa poitrine

Crème volumisante et rafermissante

La crème Brestrogen est une solution naturelle pour augmenter la taille des seins tout en les raffermissant. Composé de la plante thaïlandaise pueraria mitifica aux vertus et propriétés bénéfiques pour la santé en plus de son efficacité pour l’augmentation mammaire.

Retrouvez notre avis sur Brestrogen la seule crème naturelle qui permet d’augmenter le volume de la poitrine en développant les tissus graisseux et les ligaments qui soutiennent et donnent leur forme aux seins, tout en allongeant les canaux connectés aux tétons, d’où des seins plus volumineux et plus fermes.

Des exercices spécifiques

Certains exercices de renforcement musculaire permettent d’augmenter la taille des seins, et ce, en agissant sur les pectoraux, les muscles des épaules et du dos : le développé couché, les pompes, l’Y (à grand renfort d’haltères), le rameur renégat, etc.

Des moyens pour diminuer le taux de testostérone

Une poitrine de petite taille est souvent le signe d’un taux trop élevé de testostérone dans l’organisme de la femme. Pour favoriser le développement mammaire, il peut être efficace de minimiser la production d’hormone mâle, et ce, en ayant recours à des compléments alimentaires, à des boissons à base de plantes antiandrogéniques, à l’acupuncture.

La chirurgie esthétique

En dernier, recours, et si vous voulez une solution rapide, vous pourrez opter pour la chirurgie esthétique : à la pose d’implant mammaire en l’occurrence.

Pilosité excessive

Une pilosité excessive est généralement le signe précurseur d’un taux élevé d’hormones androgéniques chez la femme. Elle s’accompagne généralement d’une baisse de la libido, à moins que celle-ci n’en soit la conséquence directe. Une femme présentant des signes de « virilité » aura logiquement du mal à s’accepter comme elle est.

Solution contre l’hirsutisme

Il existe aujourd’hui plusieurs traitements médicamenteux visant à traiter de manière durable la pilosité excessive. Vous pourrez par exemple opter pour la crème Vaniqa.

Comment augmenter la libido d’une femme ?

Vous voulez pimenter votre vie sexuelle ? Même sans problème de désir particulier, plusieurs femmes ont aujourd’hui recours à diverses solutions pour booster leur libido.

stimulant libido femme

Les stimulants et les aphrodisiaques

Les médicaments et les traitements

Vous trouverez dans les pharmacies et dans les rayons de la parapharmacie un large choix de stimulants destinés à augmenter votre libido. Vous aurez le choix entre les médicaments sous forme de gélule, d’huiles essentielles et d’huiles de massage.

Les stimulants homéopathiques

Dans le secteur de l’homéopathie, vous aurez le choix entre diverses infusions à base de ginseng, de bois bandé et de maca. Symbola de la fertilité au Pérou, ce tubercule plus connu sous l’appellation « ginseng péruvien » est connue pour provoquer un désir intense chez la femme.

Les aphrodisiaques naturels

Pour augmenter le plaisir, vous pourrez également opter pour les aphrodisiaques naturels. Parmi les aliments les plus appréciés pour leur vertu « libidineuse », on peut retrouver :

  • Le chocolat noir
  • Les huitres
  • Les asperges
  • Le céleri
  • Les épices (safran, gingembre, girofle…)

Toujours dans la catégorie des aphrodisiaques naturels, vous pourrez également utiliser des huiles essentielles à base de rose ou de jojoba, mais aussi d’ylang-ylang.

Les sextoys en couple

Lorsqu’il est utilisé au sein d’un couple le sextoy est bien plus qu’un accessoire pour donner du plaisir. Au-delà du plaisir évident qu’il peut procurer, c’est avant tout un moyen très efficace de rétablir la communication entre deux conjoints, et de rendre le sujet épineux qu’est « la baisse de la libido » moins tabou !

Les bienfaits des sextoys sur la vie sexuelle du couple :

  • Ils favorisent les échanges.
  • Ils optimisent la créativité, car peuvent être utilisés pour créer des jeux érotiques pendant les préliminaires
  • Ils aident les femmes qui ont perdu tout attrait au désir à redécouvrir leur corps et à comprendre qu’elles peuvent encore ressentir du plaisir.
sextoy libido

Messieurs c’est aussi à vous d’agir !

Lorsqu’il s’agit du désir féminin, vos rôles messieurs ne sont pas à négliger. Bien au contraire, dans l’entreprise qui consiste à augmenter la libido de votre partenaire, vous jouez un rôle très actif.

Que devez-vous faire ? Pour augmenter l’attirance sexuelle que votre partenaire ressent pour vous, il n’y a qu’une seule solution : vous devez lui donner du plaisir ! Oui, mais comment ? Ce n’est pas en essayant de lui prouver que votre êtes très endurant ou que vous pouvez essayer plusieurs positions, quoi que cela peut être utile, qui fera de vous l’amant du siècle ! D’autres détails très techniques en revanche si :

  • L’écoute : on ne le redira jamais assez, l’échange est la clé d’une relation de couple épanouie, et cela vaut sur le plan sexuel. Soyez donc à l’écoute de ses besoins, mais également des problèmes qu’elle rencontre. Elle a besoin de beaucoup plus de temps ? Donnez-lui le temps nécessaire. Elle a besoin de préliminaires qui durent plus longtemps ? Prolongez les préliminaires aussi longtemps qu’il le faudra.
  • L’attention : au-delà de l’écoute, il faut également porter attention à ce qu’elle veut vraiment dans un lit. Chaque détail compte, de ses fantasmes les plus fous, aux caresses qu’elle apprécie le plus. N’hésitez pas à commencer les préliminaires bien des heures à l’avance, avec des petits clins d’œil, des baisers volés, une caresse furtive… de quoi lui donner une idée des plaisirs que vous lui préparez en somme !
  • La patience: le tout sans pression, sans précipitation ! Si elle ne se sent pas encore prête, l’idéal serait de suivre son rythme et non pas la forcer à suivre le vôtre.
e20e58ade8895bb37aec4322c5ef1b60PPPPPPP

Pin It on Pinterest

Share This